Le Deal du moment : -31%
PNY – CS900 – SSD – 1 To – ...
Voir le deal
56.99 €

Alan de Pereira - I keep on running

MessageSujet: Alan de Pereira - I keep on running Alan de Pereira - I keep on running EmptyMar 31 Aoû - 14:35




Alan "The Stalker" de Pereira



Citation :
Nom complet : Alan Julius de Pereira
Surnom : Alan Stalker, The Stalker
Nationalité : Brésilien/Allemand
Age : 21 ans
Genre / pronoms : Homme
Orientation sexuelle : Hétéro

Position : Milieu Récupérateur, Défenseur Latéral
Element : Feu - Micro-Explosions

Avatar : Hinata Shoyo adulte (Haikyuu)



Votre personnage


Physique & Caractère
Carnation. Caucasien-Roux bronzé
Taille. 1m71
Corpulence. 75kg, très athlétique
Cheveux. Roux orangé
Yeux. Marron clair
Signes distinctifs. Très, trop, souriant


Avez vous déjà vu une brique orange ? Alors vous avez déjà vu Alan. Petit, carré, lourd et roux orangé, il remplit tout les cases de l'objet sus-cité.

Haut d'un mètre 1m71, il est plus petit que la majorité des hommes, particulièrement ceux du sud de Brésil et d'Allemagne qui sont connu pour facilement atteindre le mètre quatre-vingts. Compétitif à tout les niveaux, cela le dérange au plus au point. Complexé par sa taille, il a compensé son déficit en masse musculaire et cela se voit, sans être un bodybuilder pour autant, Alan est large et sec à tout les niveaux. Les gens aiment dire qu'ils possèdent des abdos sur chaque partie du corps, tout particulièrement ces jambes dont les veines sont constamment au bord de l'explosion. Son corps est un véritable musée du muscle mais outre ces jambes explosive, son tronc est la pièce maîtresse de l'exposition. Il se compose d'abdominaux parfaitement dessinés, de pectoraux larges et d'un dos ressemblant un fleuve bordé par des montagnes. Doté d'un corps aussi athlétique ainsi que d'un centre de gravité bas, tout en ayant gardé une surprenante souplesse malgré sa prise de masse, il ne finit jamais d'étonner avec ce qu'il est capable de faire avec son corps.

Assez parlé de sa musculature. Bien qu'elle soit voyante, à moins que d'être irlandais, ce sont ces cheveux qui vont attirer votre attention dans un premier temps. Roux orangé et naturellement brillant, il est difficile de ne pas les remarquer. Coiffé en bataille et coupé uniquement lorsqu'il gène, ces cheveux prennent amusement la forme de sa magie d'explosion. Afin de ne pas gêner sa vision, il ramène ces mèches au bordure de son front, épousant son visage rond. Très expressif, son visage entier bouge au rythme de sa bouche qui peut parfois devenir plus rapide que son propriétaire. Quasi hyperactif, la terre semble tourner 50% plus rapidement pour Alan. Cependant, lui semble tout voir au ralenti. Lorsque ces yeux s'écarquillent et que ces iris brillent de mille feux, c'est qu'il est entièrement concentré sur une chose. Il arrive qu'Alan puisse paraître étourdi mais ce n'est pas parce qu'il est perdu dans ces pensées, au contraire, c'est qu'il s'est entièrement dédié à une chose unique. La plupart du temps, cela lui arrive quand il joue au football mais même une simple vidéo, si elle est intéressante, pourrait avoir le même effet.

Étant caucasien et roux, il est au premier coup d’œil difficile de croire qu'il est bel et bien brésilien, ce qui peut l’embêter si l'on pointe cela avec insistance. Alan se sent un peu plus brésilien qu'allemand, cependant, il est fier de ces deux origines. A tel point qu'il n'a toujours pas choisi avec quel équipe nationale jouer ce qui est problématique au vu des prochaines compétitions internationales. Non pas qu'il est sure d'être titulaire dès maintenant pour une des deux équipes, il pense le devenir quand il aura appris à contrôler ces pouvoirs. Cette scission se retrouve également dans le choix de son club, bien qu'il soit fidèle au Sao Paulo FC, une offre en particulier attire constamment son attention: Celle du Dortmund FC. Ils souhaitent plus que tout récupérer leur ancien prodige. Bien qu'Alan ne soit pas d'un naturel indécis, il l'est pour ce genre de décision. Le football regroupe tout les peuples et pourtant il doit choisir entre l'un ou l'autre.

Cependant, ce dont il est sûr, c'est que sa marque préféré est Adidas, et ça n'a aucun rapport avec le fait que ce soit son sponsor bien entendu. Ne sachant pas vraiment s'habiller au delà des chaussures, sa penderie est un véritable magasin de l'enseigne. Pas besoin d'avoir un œil attentif, pour remarquer qu'il est "fan" de la marque. Néanmoins, il aime vraiment leur crampons et peut finir par vous en parler pendant des heures si vous ne le stoppez pas avant qu'il ne commence. Ce trait de caractère n'est pas vraiment lié au chaussure uniquement mais plutôt à tout ce qui le vibrer. Si le football est sa plus grand passion, tout les sports un peu physique l'intéressent également. Mais il est loin de se limiter à ça, la nourriture et aussi... Oui, bon, Alan est quelqu'un de simple. Courir et manger sont basiquement ces raisons d'exister. Comme vous pouvez l'imaginer, le jeune homme n'est pas du genre intelligent. Il est tout sauf raisonnable ou astucieux, on pourrait même le dire simplet.




Alan est un idiot borné, mais pourquoi ? Simplement parce qu'il est aussi épanoui qu'il est compétitif. Idéaliste, sa vie est parfaite comme elle est et tout ce qu'il souhaite est de devenir un meilleur footballeur. Heureux à tout instant, modeste malgré ces succès et farceur dès qu'il en a l'occasion, il est difficile de ne pas l'apprécier. Le jeune homme est un véritable boute-en-train dont la positivité est infectieuse. Il ne veut que votre bien. Par sa façon d'être et d'agir, Alan est quelqu'un de très charismatique, les gens ont tendances à lui tourner autour et il tourne également autour d'eux. A sa plus grande joie, il collectionne autant les amis que les rivaux. Parfois même d'autre type de relation, mais aussi innocent et obnubilé par le foot qu'il est, il est incapable de les comprendre.

Cependant, sa personnalité audacieuse et sans-gêne peut quelquefois sembler irrespectueuse. Si Alan n'est pas réaliste avec lui même, il l'est pour les autres. Si quelques choses doit être dit, il en prendra la responsabilité. Il préfère perdre un ami que le laisser aller droit dans le mur. Dans le scénario contraire, il est parfois difficile de lui faire comprendre quelques choses. Il vous écoutera, mais il a la tête dure. Ce défaut est également sa plus grande qualité: Alan n'abandonne jamais. Il est prêt à se faire du mal pour ce qu'il aime. Le courage dont il fait preuve n'est pas une histoire de motivation, mais une histoire d'obstination quasi malsaine.

Abandonner une fois, c'est regretter pour toujours, et Alan en marre de regretter.




Histoire



Née à Sao Paulo d'un père brésilien, fils d'immigrés allemands de troisième génération et d'une mère en provenance directe de Cologne, si ce n'était pas pour son lieu de naissance, Alan aurait été un vrai petit allemand. Mais ce n'est pas le cas, il a baigné dans les deux cultures avec une préférence pour celle d'Amérique du Sud vue qu'il y a nagé pendant toute son enfance. D'un milieu aisé et riche de parents encourageants, quand Alan se prit d'amour pour le foot en admirant Ronaldinho jouer à la télé, il intégra sans attendre le plus meilleur centre d'entraînement de Sao Paulo. Ayant rejoint le centre d'entraînement à 7 ans, sa carrière ne débutera vraiment qu'à l'age de 11 où en tant que buteur titulaire de l'équipe benjamine de Sao Paulo FC, il signera un septuplé. Bien que ce ne soit qu'un match d'enfants, il fallait être aveugle pour ne pas remarquer le talent étincelant du jeune garçon. Grand, haut d'un mètre soixante à 11 ans soit une tête de plus que tout les autres enfants de son âge. Plus rapide et plus fort que les autres. Alan était doué de capacités physiques littéralement explosive lui permettant d'effacer tout ce qui lui barrait le chemin.

Il avait tout d'un prodige du ballon rond, si bien qu'à 14 ans, le centre d'entraînement de Dortmund FC en Allemagne lui proposa d'intégrer leur centre de formation afin de jouer au sein de leur U17, dans l'espoir qu'il devienne par la suite un joueur important de leur U19 puis de leur équipe senior. Encouragé par ces parents à poursuivre son rêve malgré leur tristesse de ne pas pouvoir le suivre, il rejoignit l'internat des talents étrangers à Dortmund. Passant tout son temps avec son équipe, cela développa sa manière de voir cette dernière. A force de partager chaque seconde de sa vie avec ces coéquipiers, ces derniers devinrent sa seconde famille. Si Alan dominait les U17 avec son club. Rejoindre les U19 fût un énorme choc, lui qui possédait un avantage non négligeable de taille l'avait perdu. Ayant eu sa poussée de croissance bien trop tôt, le jeune garçon s'arrêta au mètre soixante-dix alors que ces amis et ces rivaux continuèrent, certains dépassant presque la barre des deux mètres. Lui qui aimait regarder les autres joueurs de haut finit par recevoir ce même regard à son tour. Mais l'adolescent était du genre tenace alors il s'arracha à l'entraînement, posant du muscle sur chaque partie de son corps. Pour continuer à jouer, il fallait continuer à gagner, l'attaquant le savait mieux que personne. Grâce à ces efforts dantesque, il resta titulaire à chaque match. Il était devenu l'attaquant star de son club et le joueur sur lequel tout le monde comptait. Apercevoir son dos était devenu un symbole d'espoir pour ces partenaires. Tel un arc, lorsque la défense se tendait vers l'arrière, ce n'était que pour mieux lancer leur flèche qui filait à travers le vent jusqu'à se planter dans les cages adverses.





Mais en finale de la coupe nationale allemande des U19, malgré les bons décochages de ces coéquipiers à l'arrière. Alan était incapable de mettre dans le vent les défenseurs adversaires. Borné comme il est, il accumula les tentatives mais tout finirent de la même façon. Il ne put tirer la moindre balle dans les cages. Constamment intercepté au moindre sprint et taclé à la moindre tentative de tir par la défense adversaire , il n'arrivait pas à se défaire du filet dans lequel il avait été piégé. Et à force de se débattre avec obstination dans ce dernier, les balles qu'il donna permirent à l'adversaire d'ouvrir le score à 60 minutes de jeu. La pression monta alors en lui, son erreur avait coûté un point à son équipe. Un point qu'il souhaitait reprendre plus que tout. Mais il en était incapable, qu'importe la vitesse à laquelle il courait, qu'importe les dribbles qu'il faisait. Il y avait toujours un défenseur pour lui barrer la route. Mis sous une pression qu'il n'avait jamais expérimenté jusqu'à là, Alan ralentit progressivement son jeu. Lui qui ne faisait habituellement que courir s’arrêta, incapable de trouver une solution. Il ne savait que faire, il n'avait plus confiance en lui même, le mur devant lui ne lui donnait aucune chance. A chaque fois qu'on lui envoyait la balle, il la repassait en arrière, feignant l'attente d'une meilleure opportunité. Mais elle ne vint jamais, lui d'habitude si audacieux était effrayé de courir au but. Les minutes défilèrent et mais il ne savait toujours que faire, simplement regarder le mur lui était angoissant. A force de jouer la passivité, le mur s'avança et Alan vu enfin la brèche qu'il cherchait. L'espoir lui revenu, l'attaquant leva le bras avec hâte demandant une passe en profondeur en tout vitesse, cette dernière fut parfaite. Malgré le stress du match, son équipe jouait à la perfection, peut-être même mieux qu'elle ne l'avait jamais. Après l'avoir reçu, Alan poussa la balle loin devant lui vers les cages adversaires afin de la rejoindre avec l'un de ces explosifs sprints, mais au moment d'accélérer, il se figea. Le doute l’enchaîna au sol, Alan était angoissé à l'idée de perdre le ballon dans une telle situation mais ironiquement, c'est ce moment de faiblesse qui l’empêcha de courir vers la balle et de tirer au cage seul contre le gardien. Il aurait sûrement marqué, il aurait sûrement renversé le match, il aurait sûrement repris confiance en lui. Mais cela n'est pas arrivé. Le gardien prit la balle à son compte comme si cela avait été une passe pour lui avant de la renvoyer directement au milieu du terrain vers ces attaquants qui profitèrent de la confusion causé par l'action d'Alan pour marquer un second but. 2-0 à 80 minutes, le score était lourd, quasiment impossible à remonter surtout après ce qui s'était passé. Le sifflet retentit à deux reprises, Alan posa son regard vers l'arbitre puis son coach, et lorsqu'il vu celui-ci faire des signes de la main, tout devint plus clair. Alan était sur le point de se faire remplacer. Pour la première fois de sa carrière, l'attaquant star goûta à la frustration de quitter le terrain avant le coup de sifflet final.

Après s'être assis sur le banc de touche, Alan resta immobile. Sa tête était baissé laissant couler ces larmes de regrets au sol. Le jeune homme avait honte de lui même et ne voulait plus croiser le regard de ces coéquipiers. Plongé dans son chagrin, il revoyait chacune de ces actions, il les rejouait en boucle dans sa tête. "Et si j'avais..." se répétait-t'il inlassablement. Il se sentait si impuissant. Ce match, ce n'était pas la défaite de son équipe, mais la sienne. Dans son état actuel, il se savait incapable de réparer ces erreurs, incapable d'offrir la victoire à ces amis qui la méritait tant. Il n'existe nul grand buteur sans grands joueurs derrière lui et cette magnifique passe qu'il avait reçu en était la preuve. Lorsque le coup de sifflet final retentit enfin, le score restait inchangé et la défaite s'officialisa une fois pour toute. Alan leva alors la tête et regarda ces coéquipiers sur le terrain. Ils étaient tous accablés par la fatigue et chagriné par la défaite. Aucuns d'eux n'osèrent rejeter la faute sur l'un ou l'autre mais tous, au fond d'eux, pensaient à la même chose. Leur buteur star les avait abandonnés: Il avait eu peur de jouer.

Le match enfin terminé, l'entraîneur de l'équipe soupira et s'approcha d'Alan. Bien que plus discret que ces joueurs, la déception se lisait quand bien même sur son visage. Ces mots furent cinglants mais remplit de vérités.

- "Sais-tu pourquoi tu es titulaire ? Tu as des qualités, certes, mais j'ai des buteurs plus grand ainsi que des dribbleurs plus technique qui n'attendent qu'à prendre ta place. Alors, pourquoi... toi ?"

Le coach laissa un lourd silence se poser. Ce moment, aussi court fut-il, fut d'une dureté effroyable. Alan ne fit que revoir en boucle la chance qu'il n'avait pas saisi, le sprint qu'il n'avait pas fait, le tir qu'il n'avait pas tenté, le but qu'il n'avait pas mis. Encore et encore, il se voyait, immobile, enraciné par la peur. Le coach reprit alors, brisant l'enfer d'Alan.

- "Car jusqu'à aujourd'hui, tu as toujours joué avec passion. L'audace dont tu fais preuve a toujours été à double tranchant, mais ta détermination ta toujours permis de réussir ce que tu entreprenais. Sur les actions qui se joue à la milliseconde: douter, c'est échouer. Cette peur que tu as ressenti sur le terrain, sache que c'était toujours du football."





Suite à cette défaite, Alan était meurtri par la honte d'avoir volé la victoire à ces coéquipiers. Désormais incapable de jouer à cause de ces souvenirs, il décida de faire une pause. Il résilia son contrat U19 auprès de Dortmund et retourna au Brésil chez ces parents afin de se reposer. Le jeune homme avait perdu sa confiance et son optimisme, il avait peur de revivre ce moment ou plutôt cet instant en particulier. Il ne savait plus si il devait continuer sa carrière alors que le foot ne l'amusait plus. Étant rentré dans la maison de son enfance, il fouilla ces vielles affaires par simple curiosité. Parmi elles, se trouvait la photo de son ancienne équipe benjamine après leur plus belle victoire ou il avait inscrit un septuplé. Nostalgique du passé, il fit une visite à son ancien club de Sao Paulo. A sa surprise, il revu certains de ces anciens équipiers. Excité par les retrouvailles, il se laissa se faire embarquer dans un match de Futsal. Alan qui s'était habitué à ne faire qu'attaquer pendant toute sa carrière fit obligé de défendre pour la première fois. Bien que cela fût difficile dans un premier temps, les émotions qui se dégagèrent de ce match furent complètement différent de ce qu'il ressentait habituellement en jouant au foot. Au lieu de ressentir l'angoisse de perdre le ballon, l'ancien attaquant du U19 de Dortmund ressentait l'excitation de le retrouver. Alan renoua avec le football de cette façon.

Remotivé et ayant trouvé sa nouvelle voie, Alan profita d'être un agent libre afin rejoindre le club de son enfance. Le Sao Paulo FC fut heureux de voir leur enfant prodige revenir à eux. Bien qu'il n'avait pas gagné la finale U19 allemande, il restait un des meilleurs buteurs de la compétition, le rendant très intéressant en tant que jeune joueur espoir pour l'équipe. Mais tous furent abasourdis par sa demande, les joueurs comme le staff ne comprenait pas la décision d'Alan d'abandonner l'attaque pour jouer à un poste défensif. Changer de poste, surtout d'attaque à défense était le moins courant des choix, mais ayant confiance en leur ancien joueur, il lui laissèrent ironiquement le bénéfice du doute. Alors qu'il apprenait son nouveau rôle, le sourire qu'il portait en jouant était celui de son enfance et pour la plus grande joie du club, il le partagea avec tout le monde. Bien qu'il restait maladroit à cause de son manque d'expérience à ce poste, il stupéfia tout le monde par son endurance sans limite. Quelques mois plus tard, il fit ces débuts sur terrain au coté de l'équipe senior. Ayant eu un parcours des plus particuliers, les journalistes sportifs brésiliens le mis en avant, comme le retour de l'enfant prodige. Bien sur, ce n'était pas le premier jeune joueur à recevoir une telle hype, cependant, rare son ceux à faire un si beau premier match. Alan fut étincelant, partout à la fois et plus rapide que tout le monde, il fut nommé MVP du match. Devant une telle performance, le public du stade scanda en cœur sa joie de retrouver leur jeune prodige.



Après presque 3 ans de loyaux service au sein du club. Alan s'imposa en tant que "The Stalker" puis Alan Stalker par le marketing d'Adidas. Il fut reconnu comme l'un des meilleurs joueur défensif de la Brasileirão mais plus le temps passait, plus la magie devenait courante sur le terrain poussant le jeu à radicalement changer. Sans surprise, sous l'impulsion des fédération brésilienne et allemande qui se bataille toujours afin de l'avoir dans leur sélection nationale, Alan réussi à obtenir un ticket pour l'île de monsieur Shinning. Lui qui s'est toujours servi de ces capacités magiques de façon très basique est bien décidé à apprendre à les maîtriser afin de devenir le meilleur joueur au monde.



Style de jeu et relation à l'équipe




Qu'importe le joueur, qu'importe le talent qu'il possède ou l'expérience qu'il a accumulé... Le moindre moment de faiblesse peut lui faire perdre le ballon, c'est aussi simple que ça. Que ce soit directement, en se la faisant prendre des pieds ou indirectement en faisant une mauvaise passe à un équipier. La peur d'être celui qui a donné la balle, l'anxiété d'être celui qui a offert un but à l'adversaire, l'angoisse de perdre le match par sa faute. Ce vil sentiment, tout le monde le possèdent, mais bien heureusement, la confiance est là pour nous en protéger. Elle qui s'est bâti aux fils d'années d'efforts ne saurait s'effondrer si facilement... C'est de l'optimisme irréaliste. Alan, l'ancien attaquant devenu défenseur, le sait mieux que personne. Il y a goûté, la frustration de ne plus vouloir jouer. C'est comme si l'on perdait la raison pour laquelle on existe. Fort de cette expérience, il est ironiquement devenu ce qui l'a terrorisé. Alan the Stalker est aujourd'hui l'anti star par excellence, il brise la confiance des égoïstes sprinteurs et dribbleurs en les suivant à la trace tel un harceleur, d'où son surnom. Malgré son visage plein de joie, il est la terreur des joueurs individualistes et une véritable plaie à jouer contre. Le jeune joueur contient les attaquants avec une aisance déconcertante, il s'amuse énormément à le faire, affichant alors un sourire encore plus large qu'à son habitude. Le jeune homme n'est pas le plus malin des joueurs, mais il est l'un des plus teigneux et possède un équilibre inhumain couplé une accélération explosive de quoi toujours rester au coude à coude avec ces victimes à qui il appliquera une pression aussi mentale que physique jusqu'à que l'un des deux soit à bout. D'ailleurs, c'est sûrement le moment parfait pour mentionner le fait qu'Alan à une endurance quasi-illimité et serait, d'après certaine rumeur, muni d'un troisième poumon et d'un cœur de gorille. Ce talent lui permet d'être partout en défense lors qu'il joue en milieu défensif et de faire des va et viens incessants lors qu'il joue sur un axe. Lorsqu'il est excité par le match, il arrive de faire les deux en même temps, quitte à se retrouver totalement hors de sa position.

Malgré son excellente réactivité, son manque de proactivité, le rend très sensible à un jeu de passe rapide. Si il est extrêmement difficile à passer en situation de 1 contre 1, une simple une-deux, peut le mettre dans le vent. Mais ce n'est pas pour autant qu'il vous lâchera. La légende dit qu'un jour, un attaquant à réussi à le dribbler, tout ça pour le recroiser 5 mètre plus loin en face de lui. Une fausse faiblesse est son jeu aérien, les attaquants s'y essayent tous au moins une fois avant de voir le petit joueur sauter à leur hauteur et leur subtiliser la balle de la tête. En effet, si Alan saute haut grâce à son explosivité autant musculaire que magique et a développé un bon jeu de la tête, c'est avant tout pour palier à son manque d'agilité aérienne. Loin du sol, il ne peut plus abuser de ces puissantes jambes ni de son colossal tronc. Mais chut, c'est un secret. En parlant de secret, voilà s'en un qui n'en est pas: Alan est un joueur excessivement spécialisé. Si il est capable d'instaurer une pression défensive incroyable et de passer la barre des 35km/h, ces dribbles ne prennent pas en compte plus d'une personne et ces passes sont tout bonnement décentes. Si Alan reste adroit avec le ballon, sa vision de jeu est tout bonnement immonde. Le porteur du ballon et les attaquants sont généralement sa seule priorité, si bien qu'il pourrait inconsciemment ignorer un défenseur adverse joignant l'attaque ou perdre de vue ces propres équipiers.

Sa contribution offensive est tout au limite du convenable. Autant il aide à relancer les attaques après ces récupérations, autant il n'y contribue jamais malgré sa capacité à déchirer une défense grâce à ces sprints. C'est du gâchis de ces aptitudes. Si il n'est pas particulièrement technique, ces qualités athlétiques lui permettent de faire des folies telles des retournées acrobatiques, le coup du scorpion ou encore tirer au cage avec une talonnade. Il n'est pas rare de le voir réussir à sauter dans une position humainement aberrante afin d'intercepter un ballon. Son puissant physique et son extraordinaire équilibre lui permettent également de se la jouer agressif quand il le faut. Le jeune homme est peut-être petit, il reste cependant une véritable brique collé au sol avec du flex tape. Lui donner un coup d'épaule, équivaut à vous en donner un à vous même. Dans ce cas de figure, l'objet immuable existe et il est roux alors bonne chance à la force inarrêtable, espérons juste qu'elle le soit vraiment.

Au sein d'une équipe, le rôle d'Alan est d'éteindre les attaques adversaires avant qu'elle ne soit dans la surface de réparation. Il est également le joueur idéal pour un marquage permanent sur un attaquant dangereux, encore plus si il est isolé avec lui sur une des ailes du terrain. Agissant uniquement à l'instinct, il s'incorpore très mal avec les équipes possédant un plan de jeu précis mais se coordonne à la perfection avec les joueurs jouant également à l'instinct.

Le foot se joue au cœur d'après lui alors il se donne à fond pour que les autres puissent également se donner à fond, coéquipiers comme adversaires. Le défenseur se sent très lié aux autres joueurs, surtout vis-à-vis de ceux qui partagent son maillot. Une équipe est un peu comme une seconde famille pour lui et il n'hésite pas à le faire comprendre à ces coéquipiers. Vous pouvez le détester mais il lui sera difficile de ne pas vous apprécier à moins que vous aimiez blesser les autres joueurs ou tricher en dehors du terrain. Ce lien qui l'unit avec les autres joueurs est sûrement la raison d'être de son troisième poumon, Alan veut surtout ne pas les décevoir, c'est sa seule peur. Il refuse que son équipe revivent sa frustrante défaite de 2017. Qu'importe le mur qui se dresse devant ces attaquants, il souhaite qu'ils ne connaissent jamais la peur de perdre le ballon. Il souhaite qu'ils ne connaissent jamais la peur de jouer.




Derrière l'écran je suis SorenOutan et j'ai 22 ans. Il s'agit de mon Premier compte.  J'ai connu le forum je sais plus trop où il y a 1 mois, un topsite mais je ne saurais pas dire lequel. Je pense être disponible un peu près n'importe quand, je travaille à la maison. Enfin, si vous voulez ajouter un petit mot.



Halloween
Alan de Pereira
Nouvelle tête
Nouvelle tête
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2
Penguicoins : 223
Date d'inscription : 28/08/2021
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alan de Pereira - I keep on running Alan de Pereira - I keep on running EmptyMar 31 Aoû - 19:47

KUSFOIHVEI9PZEGUFQI9PQOHIelguiqigufghio *décède*

Cette fiche est. TELLEMENT BELLE ALED Blush J'ai pas encore lu grand chose mais je tenais à te souhaiter UN ENORME BIENVENUE les beaux gifs et punaise t'as carrément fait un diagramme de compétence je Alan de Pereira - I keep on running 1f62d  Alan de Pereira - I keep on running 1f62d Alan de Pereira - I keep on running 1f62d

*cough* En attendant, je lirai toussa demain ou plus tard dans la soirée Spark Hésite pas à le signaler sur le topic ou sur le Discord si c'est bel et bien fini et que tu comptes plus rien éditer ♥


Alan de Pereira - I keep on running Shirou7Alan de Pereira - I keep on running Shirou17Alan de Pereira - I keep on running Shirou4
Le vent souffle en #a0b3ba
Shura Jørgensen

Feuille de personnage
Compétence:
Alan de Pereira - I keep on running Voting-bar-10/20Alan de Pereira - I keep on running Voting-bar-empty  (0/20)
Niveau: 1
Inventaire technique:
Pronoms: Il/He
Crédits avatar: Des artistes sur Pinterest dont j'ai cherché le nom partout en vain ;;
Présentation: Snow beneath my skin, love within my heart
Fiche de liens: A quiet wolf
Elément: Bestial (Loup gris)
Position/Spécialité: Défenseur/Attaquant
La Chimérique
La Chimérique
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 185
Penguicoins : 973
Disponibilité RP : 2/2
Date d'inscription : 09/06/2021
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alan de Pereira - I keep on running Alan de Pereira - I keep on running EmptyMar 31 Aoû - 20:24

PUTAIN. DE.
J'ai lu toute ta fiche d'une traite. Je te souhaite la bienvenue et sache que je te réserve un lien/RP d'office Wow (si tu veux XD) C'était un vrai plaisir de découvrir ton bout d'homme, j'ai extrêmement hâte de le voir sur le terrain (de foot et pas de foot) Blush LA HYPE !!!
Artem Jørgensen

Feuille de personnage
Compétence:
Alan de Pereira - I keep on running Voting-bar-10/0Alan de Pereira - I keep on running Voting-bar-empty  (0/0)
Niveau: 1
Inventaire technique:
Pronoms: Iel/Il/Qu'importe
Crédits avatar:
Présentation: https://spirited-soccer.forumsrpg.com/t30-artem-i-like-it-rare
Fiche de liens: https://spirited-soccer.forumsrpg.com/t31-un-renard-en-furie-open
Elément: Bestial (renard roux)
Position/Spécialité: Attaquant
La Chimérique
La Chimérique
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
Penguicoins : 667
Disponibilité RP : Variable, mais en général assez disponible
Date d'inscription : 13/06/2021
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alan de Pereira - I keep on running Alan de Pereira - I keep on running EmptyMer 1 Sep - 12:09

Merci pour les compliments, j'ai pris beaucoup de fun à la faire !

Cependant j'espère qu'elle n'a pas de problème niveau écriture, j'ai la très très mauvaise manie d'oublier d'écrire des mots, souvent les verbes, au bout milieu de mes phrases. Et quand je relis mes textes, mon cerveau complète les trous tout seul donc je galère à retrouver ces coquilles.



@Shura: Et oui, j'ai bien fini ma fiche. Je l'ai posté en une traite car j'ai préféré la faire sur notepad++, vieille habitude. J'aime bien poster des fiches terminés en une seule fois. Je trouve ça un peu plus... Magic !

@Artem: Ce serait un plaisir ! J'ai lu ta fiche et aie aie aie~! La relation entre nos deux personnage risque d'être explosive !
Alan de Pereira
Nouvelle tête
Nouvelle tête
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2
Penguicoins : 223
Date d'inscription : 28/08/2021
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alan de Pereira - I keep on running Alan de Pereira - I keep on running EmptyVen 10 Sep - 15:16

Alan de Pereira - I keep on running Giphy.gif?cid=790b7611b71784ced74e4b6bfc6cae53c25e8618a6f6cbe0&rid=giphy

C'EST MOI !! OUF, encore franchement désolée pour le retard Heh j'ai enfin le cerveau un peu moins en bouillie du jet lag

Et bien je viens de relire toussa et j'ai encore eu droit à un bon mix d'émotions ! Quelle adorable boule d'énergie ! Je m'attends à avoir droit à de ces vannes iRP Happy On va bien rigoler !

Mais en plus de ça, tu ajoutes une couche de complexité au gus que j'apprécie tout particulièrement: ses échecs et sa remise en question sont vraiment clés pour l'évolution de ce genre de personnages à mon avis. Et tu le fais TRES BIEN ! Bref, tout ça pour te dire que je suis EN KIFFE Blush

Je n'ai donc que quelques tout petits détails à te demander, vraiment tout mineurs !

- N'oublie pas d'aller signer sous Mindset et système de jeu ♥

- J'aime beaucoup comment tu incorpores l'élément de Alan à son style de jeu ! J'ai juste un tout petit truc à te demander: est-ce que tu pourrais rajouter une mention sur l'éveil de son pouvoir dans l'histoire ? En gros, comment il l'a éveillé, et éventuellement comment il et son entourage l'ont vécu, une ou deux phrases suffisent !

- Seulement une suggestion, et c'est carrément à toi de voir, mais est-ce qu'introduire Alan sur Island Eleven comme étant un défenseur qui a beaucoup de potentiel mais peine encore à maximiser ses abilités sur ce front ne serait pas plus intéressant en RPG ? Tu as déjà le côté magie, et c'est absolument parfait, mais je me disais que j'allais te proposer ça pour voir si tu trouverais pas ça plus fun ♥

C'est tout pour moi ♥ J'ai TELLEMENT hâte de te donner ta couleur et de RP avec le gus Heart


Alan de Pereira - I keep on running Shirou7Alan de Pereira - I keep on running Shirou17Alan de Pereira - I keep on running Shirou4
Le vent souffle en #a0b3ba
Shura Jørgensen

Feuille de personnage
Compétence:
Alan de Pereira - I keep on running Voting-bar-10/20Alan de Pereira - I keep on running Voting-bar-empty  (0/20)
Niveau: 1
Inventaire technique:
Pronoms: Il/He
Crédits avatar: Des artistes sur Pinterest dont j'ai cherché le nom partout en vain ;;
Présentation: Snow beneath my skin, love within my heart
Fiche de liens: A quiet wolf
Elément: Bestial (Loup gris)
Position/Spécialité: Défenseur/Attaquant
La Chimérique
La Chimérique
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 185
Penguicoins : 973
Disponibilité RP : 2/2
Date d'inscription : 09/06/2021
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alan de Pereira - I keep on running Alan de Pereira - I keep on running EmptyVen 19 Aoû - 17:04

Et hop, on archive ! En espérant revoir cette boule d'énergie iRP un jour *music de teaser pour le nouveau personnage*


mycolorsare mine alone
FicheLiensPlus (TBA)@emme

darkmagenta &
darkviolet





Ayumu Todoroki
De Haut Vol
De Haut Vol
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Penguicoins : 246
Date d'inscription : 02/07/2022
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alan de Pereira - I keep on running Alan de Pereira - I keep on running Empty

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Alan de Pereira - I keep on running

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spirited Soccer :: Coins cachés :: Archives des aventures :: Fiches archivées-
Sauter vers: